A quoi sert et comment fonctionne l’auto-hypnose ?

Auto-hypnose… Un terme dont on entend de plus en plus parler, pour lequel livres, CD, sessions de formations en ligne, etc., se multiplient. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

En quelques mots, l’auto-hypnose est un moyen de rentrer en contact avec son subconscient, de lui envoyer des messages, en se positionnant dans un état mental alliant relaxation et hypervigilance. Il est établi que la plupart des gens n’utilisent que 10% des capacités de leur cerveau. Pratiquer l’auto-hypnose offre la possibilité d’élargir ce champs en travaillant, non plus sur le raisonnement et la volonté, mais sur les émotions, les sensations, l’imagination, l’association d’idées…

Le subconscient gère 85% de nos comportements

Pourquoi entrer en contact avec son subconscient ? Tout simplement parce que celui-ci gère 85% de nos comportements, de nos habitudes, de nos émotions. Quand vous marchez, quand vous parler, quand vous faites fonctionner votre système digestif, le faites-vous consciemment ? Non bien sûr, c’est le subconscient qui, après avoir assimilé des informations, régit ce genre de comportements automatiques. Il mémorise, enregistre, retransmet, et cela fonctionne également avec certaines peurs que nous pouvons avoir ou bien des croyances si bien ancrées en nous – « Je ne peux pas réussir », « Impossible pour moi d’Arrêter de fumer ».
Ici se trouve une barrière. Alors que l’esprit conscient fonctionne avec la pensée, le raisonnement, la rationalisation, le subconscient, lui, parle le langage des sentiments, des émotions, des expériences vécues.

Envoyer des messages par les images

L’auto-hypnose, que l’on considère comme un « état de veille de conscience élargie » permet d’entrer en contact avec ce subconscient qui nous dirige, mine de rien, tout en parlant son langage, car il ne connaît ni les mots, ni la sémantique. Concrètement, il s’agit d’abord de se mettre dans un état de relaxation profonde, où les ondes du cerveau ralentissent jusqu’à l’état alpha, proche du sommeil. La personne est alors passée de la réflexion à l’imagination et à la libre association d’idées.
La seconde étape consiste alors à envoyer des messages à son subconscient, par le biais de la visualisation, de lui montrer une autre voie. C’est ce que l’on appelle la suggestion. L’objectif est d’envoyer des images d’un résultat souhaité (parler en public, mieux dormir, avoir une plus belle peau) au subconscient et celui travaillera alors de lui-même pour parvenir à ce résultat, en utilisant les ressources nécessaires.

Magique ? Pas tout à fait ! D’une part l’auto-hypnose demande un entraînement régulier, pour arriver à cet état d’hypervigilance que d’aucuns appellent transe – où l’on reste conscient, où l’on ressent émotions et sentiments. D’autre part, le résultat n’apparaît pas du jour au lendemain. Mais l’expérience a fait ses preuves, connue depuis des siècles, l’auto-hypnose étant même utilisée aujourd’hui dans certains hôpitaux pour réduire la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.