Bouddhisme, religion ou philosophie ?

Bouddha signifie « celui qui s’est réveillé ». Le Bouddha n’était ni un Dieu ni un prophète. Le bouddhisme nie le concept du dieu créateur et n’est pas non plus un système de pensée matérialiste.

Bouddha est un mot sanskrit qui signifie « celui qui s’est éveillé », dans le sens d’avoir « éveillé à la réalité ». Le titre décrit la réalisation d’un homme du nom de Siddharta Gautama, qui a vécu il y a 2500 ans dans le nord de l’Inde. Quand il avait 35 ans, après de longs efforts, il a atteint l’illumination tout en méditant profondément.

Le bouddhisme est un chemin de leçons pratiques. Les pratiques bouddhistes, comme la méditation, sont un moyen de se transformer, de développer les qualités de conscience, de bonté et de sagesse. Le chemin bouddhiste nous conduit à ce que l’on appelle l’illumination ou le bouddhisme.

Religion ou philosophie ?

Le Bouddha n’était ni un Dieu ni un prophète de Dieu, et il ne s’est pas non plus déclaré être un Être divin. Dans le bouddhisme, il n’y a pas de concept de Dieu créateur. Le Bouddha était un être humain qui a transformé et transcendé sa limitation humaine, créant en lui un nouvel ordre d’être: un être illuminé.

Le bouddhisme est considéré comme «non théiste» et nie explicitement le concept de dieu créateur. En même temps, ce n’est pas un système de pensée «matérialiste» comme la science, car il considère que le monde temporo-spatial que nous expérimentons à travers les sens ne suffit pas à expliquer la condition humaine.

Siddhartha gautama

Siddhartha Gautama est né vers 560 avant notre ère (avant l’ère commune) dans une famille aristocratique et prospère du clan Shakya, dans ce qui est maintenant le Népal, au nord de l’Inde, donc dans son enfance et sa jeunesse, Siddhartha a eu une vie d’opulence. Mais les plaisirs qui l’entouraient, loin de le rendre heureux, ne servaient qu’à le mettre en contact avec l’insatisfaction et à provoquer un désir intense de trouver quelque chose qui avait un sens plus profond.

À vingt-neuf ans, il décide de quitter sa maison familiale et sa vie de réconfort pour devenir un vagabond à la recherche de la vérité, n’emportant avec lui que son bol de mendicité et ses habitudes simples.

Pendant un certain temps, il pratiqua une ascèse extrême, arrêtant de manger et de dormir dans l’espoir que cela l’aiderait à atteindre la vérité. Mais il se rendit vite compte que maltraiter le corps n’allait pas l’aider dans sa pratique spirituelle et, tournant le dos à l’ascèse, il se consacra à la méditation.

À l’âge de trente-cinq ans, après un effort continu, une nuit du mois de Vesakha, en l’an 528 avant notre ère, Siddhartha Gautama s’assit en méditation au pied d’un figuier sur la rive du fleuve Niranjana. Il est entré dans un état de méditation profonde et, à mesure que la nuit avançait, sa conscience a pénétré des couches de plus en plus profondes de la nature de la réalité, jusqu’à atteindre une perception directe et totale de la vérité. À l’aube, il avait atteint la libération totale. Siddhartha Gautama était devenu le Bouddha, celui qui s’était pleinement réveillé.

L’état des Lumières

L’état des Lumières a trois facettes.

  1. C’est un état de « Sagesse », de voir les choses telles qu’elles sont réellement.
  2. C’est une source de « Compassion » ou d’Amour qui se manifeste dans une activité constante au profit de tous les êtres.
  3. Et c’est la libération totale des énergies de l’esprit et du corps pour servir l’esprit pleinement conscient.

Les quatre nobles vérités du bouddhisme

Le premier des principes bouddhistes est que la souffrance, l’insatisfaction, l’incertitude et la douleur sont des caractéristiques qui marquent nos vies. Ils y sont inhérents.

La racine de la souffrance est l’attachement au désir.

En éteignant le désir égoïste, nous atteignons la cessation de la souffrance, c’est-à-dire le Nirvana. Le Nirvana est la réalité ultime, une expérience transcendante qui est au-delà des mots et peut être vécue dans la vie.

Le chemin qui nous mène à la cessation de la souffrance est le Chemin du Milieu, celui qui se situe entre les extrêmes, sans pencher vers aucun d’eux: celui de la recherche des plaisirs des sens et celui de l’auto-mortification. La Voie du Milieu est indiquée sur le Noble Octuple Sentier. Le Noble Octuple Sentier est la quatrième des Quatre Nobles Vérités réalisées par le Bouddha au moment de son illumination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *