Monastères et centres de retraite spirituelle en France

Monastères chrétiens et centres bouddhistes tiennent le haut du pavé pour offrir recueillement et retraites spirituelles.

Monastères et autres lieux de recueillement ont su évoluer ces dernières années vers un service hôtelier qui leur permet d’assurer leurs dépenses et l’entretien de leurs sites, tout en offrant aux laïcs une possibilité d’expérimenter la retraite spirituelle dans de vraies conditions monastiques. Que la foi soit bien affermie dans une religion ou que l’on ait juste l’envie d’une atmosphère de recueillement sans credo bien défini, abbayes célèbres ou monastères plus confidentiels vous ouvrent leurs portes.

Lieux de retraites chrétiens

Certaines abbayes n’accueillent que les femmes, d’autres que les hommes, et dans le cas d’un accueil mixte, sachez qu’une abbaye ne propose que rarement des chambres pour couples. Le cadre de la retraite est ainsi bien défini : on n’est pas à l’hôtel pour une lune de miel, mais chacun – même marié – est là pour un cheminement individuel et intérieur. Le service hôtelier est souvent succinct mais très peu cher. Il vous faudra bien souvent apporter votre propre linge de lit, et vous contenter de repas très simples. La liberté est laissée à chacun de suivre ou non les offices, et un accompagnement individuel est possible en le spécifiant lors de l’inscription.

Monastères et centres de retraite spirituelle en France
Monastères et centres de retraite spirituelle en France

Sites prestigieux :

  • En Bourgogne, les chapelains de Paray-le-Monial organisent des retraites à thèmes encadrées, avec discussions, conférences et prières communes. Certaines sont réservées aux femmes, d’autres aux hommes.
  • L’abbaye cistercienne de Citeaux organise des retraites pour les 18-35 ans, elles aussi encadrées et rythmées par des travaux collectifs, des temps d’échanges et de prières.
  • En Normandie (Eure), l’abbaye bénédictine du Bec-Hellouin accueille les hommes, tandis que les bénédictines voisines de Sainte-Françoise-Romaine accueillent les femmes. Ora et labora (prie et travaille), le credo de cette abbaye, vous permet de participer aux activités de l’abbaye dans le plus grand silence. La vocation œcuméniste de cette abbaye peut séduire ceux qui désirent partager les différences. L’abbaye a essaimé en Israël, au Liban, en Irlande et un peu partout où les religions parfois s’opposent.
  • L’abbaye bénédictine de Solesmes, dans un cadre austère mais impressionnant, n’accueille que les hommes pour une retraite tout aussi austère. On vous demandera une motivation sérieuse pour y séjourner, mais la récompense est au bout du chemin : tous les offices sont chantés en grégorien.

Pour ceux qui privilégient le calme et la discrétion loin des lieux touristiques, de très beaux sites existent partout en France : abbaye de Bellefontaine dans le Maine-et-Loire, monastère des carmélites à Aix-en-Provence, ou l’association Massabielle en région parisienne qui organise des sessions à thèmes pour les familles, les jeunes, etc.

Lieux de retraite bouddhistes

Monastères et centres de retraite spirituelle en France
Monastères et centres de retraite spirituelle en France

Très en vogue depuis quelques années, le bouddhisme séduit par son « œcuménisme » et son faible prosélytisme. L’initiation ou la pratique de la méditation assise ne va à l’encontre d’aucune religion. Pas de tabac ni d’alcool autorisés dans l’enceinte des monastères. La plupart des centres proposent des repas végétariens.

  • Temples zen (japonais) : La Gendronière, près de Blois, est le plus grand centre zen d’Europe dans la lignée de Taisen Deshimaru. En Dordogne, le monastère Kanjoshi organise des retraites de zen Sotô.
  • Bouddhisme tantrique : L’association Terre Pure organise des retraites en Ariège, au centre Ganden Tcheuling, avec hébergement en chalet individuel en pleine nature. Récitation de mantras, retraite Vipassana… mais pas de méditation assise.
  • Temples tibétains : Dhagpo Kagyu Ling, en Dordogne est le plus grand centre tibétain de France. Son service hôtelier est presque luxueux et le site en pleine nature est superbe. Kagyu Djong à Paris, et Vajradhara-Ling dans l’Orne reçoivent pour des retraites silencieuses individuelles ou des sessions d’enseignement.

Semaines spirituelles à thèmes

Certains lieux accueillent les retraites sans aucune couleur religieuse. Basées sur le développement personnel selon des sensibilités très diverses, elles offrent soit silence et isolement, soit initiation à des pratiques comme la méditation, le yoga, le massage ou des activités artistiques. L’ Université Terre du Ciel par exemple, organise des retraites « actives », où le travail collectif, le plus souvent manuel, permet de se changer les idées tout en acquérant de nouvelles compétences. D’autres ont une approche de la spiritualité au sens large du terme, et invitent des intervenants de toutes spécialités (reiki, développement personnel, etc.)

Il faut être prudent dès lors que l’on aborde ces centres, pour lesquelles les retraites et autres « formations » sont un commerce. Les prix ne sont plus du tout ceux des monastères, et le désintéressement est très relatif chez certains. Un prix très élevé devrait mettre la puce à l’oreille des débutants dans ce type de démarche.

Et si tout compte fait, vous recherchez la solitude absolue, pourquoi ne pas faire retraite dans un gîte en pleine nature, ou tout simplement faire une retraite chez vous, en préparant votre propre décor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *